Imarcom.net

Agence de Développement Web

Accueil  >  BANDES RIVERAINES

BANDES RIVERAINES

Source : APEL, 2009

Pourquoi créer, compléter ou mainteir une bande riveraine bien végétalisée autour du lac Saint-Augustin ?

  • Pour couper la route à certains polluants provenant du bassin versant avant qu'il n'atteignent le lac.
    • Éléments nutritifs (phosphore et azote)
    • Sédiments 
  • Pour stabiliser le sol de la rive
Il y a plusieurs décennies, le lac était entouré d’une ceinture végétale qui favorisait l’infiltration de l’eau des précipitations (neige et pluie) dans le sol, où elle était filtrée avant de retourner au lac.
Il s’agit de recréer cette ceinture verte tout en l’intégrant dans la réalité actuelle du cadre bâti.


Le RUISSELLEMENT des eaux de pluie versus INFILTRATION dans le sol

  • Le lac Saint-Augustin est alimenté par des eaux de surface et des eaux souterraines qui proviennent du territoire qui s’y draine, le bassin versant.
  • Jadis, la forêt couvrait la région. Les gouttes de pluiesont fragmentées en gouttelettes qui arrivent doucement au sol et s'y infiltrent.
  • L'eau est filtrée par le so et les racinesl, avant de retourner épurée au lac à travers les eaux souterraines.
  • Aujourd'hui, l’urbanisation favorise le transport en surface des eaux de pluie qui ruissellement sur les surfaces imperméables et se chargent de contaminants sur leur trajet.
  • La pelouse tondue agint comme une surface imperméable en favorisant le rissellement de l'eau plutôt que son infiltration dans le sol.
  • Toute végétation qui couvre le sol à plus de 15 cm de hauteur favorise l'infiltration plutôt que le ruissellement et protège donc le lac Saint-Augustin.

L'APPORT DE SÉDIMENTS AU LAC SAINT-AUGUSTIN

  • Le sol à nu est vulnérable aux intempéries. L'eau est plus forte que le sol.
  • Dans le bassin versant, les eaux de pluie qui tombent sur le sol à nu, créent de l'érosion en arrachant des particules. 
  • L’érosion hydrique du sol contribue à l’apport de sédiments au lac.
  • Sur les particules de sol arrachées, se trouvent des nutriments (phosphore et azote) et des contaminants (sels de voirie, pesticides, hydrocarbures, coliformes fécaux), qui sont acheminés tels quels à mois d'un traitement d'épuration.
  • La végétation établie sur un sol et laissée à l’état naturel, agit comme un traitement d'épuration et une barrière à l’érosion.
  • Leurs tiges interceptent et fragmentent les grosses gouttes de pluie, leurs racines absorbent les nutriments et certains contaminants.
  • Il faut valoriser les stratégies qui  favorisent la rétention et le traitement sur place des eaux pluviales, leur infiltration dans le sol, leur filtration par les racines et l’évapotranspiration d'une partie dette eau qui retourne vers l’atmosphère.
  •  

LA RIVE ET LA BANDE RIVERAINE AU LAC SAINT-AUGUSTIN

La rive du lac St-Augustin représente la portion de chaque terrain riverain qui s’étend sur les premiers 10 mètres mesurés à partir de la ligne des hautes eaux (LHE).

La ligne des hautes eaux est visible à l'endroit où l'on passe d’une prédominance de plantes aquatiques à une prédominance de plantes terrestres.

Lorsque la rive est bien végétalisée et laissée à l'état naturel, la bande riveraine agit comme une zone tampon.

  • Elle fltre les eaux de ruissellement pour en retirer les éléments nutritifs et les sédiments
  • Elle freine l’érosion et la perte de terrain et stabilise le sol des rives
  • Elle rafraîchit l’eau en lui faisant de l’ombre
  • Elle crée des habitats pour la faune et attire des oiseaux intéressants à observer
  • Elle peut augmentent la valeur foncière du terrain
  • Elle crée un sentiment d'intimité sur la propriété du riverainsans bloquer la vue sur le lac
  • Elle peut s'harmoniser avec avec l’aménagement paysager du terrain résidentiel 

Source : ABRINORD Contrôle de l’érosion et gestion des fossés - Guide complémentaire à la visite terrain, Été 2008

L'IMPORTANCE D'UNE BANDE RIVERAINE BIEN VÉGÉTALISÉE

Une bande riveraine bien végétalisée est une barrière naturelle aux éléments nutritifs et aux sédiments.
Il est recommandé d'implanter dans la rive, des plantes herbacées, des arbustes et des arbres.
Les végétaux bien établis dans la bande riveraine :
 

  • Possèdent un réseau de racines qui filtrent les éléments nutritifs des eaux de ruissellement.
  • Possèdent un réseau de branches qui fractionnent les gouttes de pluie en gouttelettes plus susceptibles de s'infiltrer dans le sol.
  • Créent une barrière aux sédiments contenus dans les eaux de ruissellement.
ON NE TOND PAS DANS LA BANDE RIVERAINE
  • Dans la bande riveraine, l'objectif est de couvrir le sol le plus rapidement possible avec une végétation d'une hauteur minimale de 20 cm.
  • Le gazon tondu agit comme une surface imperméable qui favorise le ruissellement de l'eau plutôt que son infiltration sur place dans le sol. 
  • Le gazon n'a pas sa place ddans la bande riveraine.   

LE PROJET DE RENATURALISATION DES RIVES DU LAC SAINT-AUGUSTIN (2010)

  • En 2010, Hydro-Québec orchestre une campagne de promotion du Diagnostic résidentiel MIEUX CONSOMMER en proposant aux municipalités intéressées un partenariat original. Les villes contribuent activement à inciter leurs citoyens à remplir le questionnaire et, en retour, pour chaque rapport de recommandations émis en ligne, Hydro-Québec verse un montant de 35 $ ou de 30 selon le type de questionnaire que vous remplissez (électronique ou papier) aux municipalités. Les sommes ainsi remises seront utilisées pour la réalisation d’un projet collectif.
  • La Ville a choisi comme projet collectif, la renaturalisation des rives du lac Saint-Augustin, en collaboration avec les riverains, le Conseil de bassin du lac Saint-Augustin (CBLSA) et le Groupe scout Saint-Augustin.
  • Le riverain et la Ville devaient d’abord s’entendre conjointement sur une proposition d’aménagement pour la bande riveraine. La plupart des végétaux utiliés étaient indigènes car ils sont mieux adaptées à l’environnement entourant le lac.
  • Puis, la Ville émettait un permis pour la végétalisation de la rive et effectuait les plantations chez les riverains.
  • Des conseils ont également été transmis aux riverains concernant leur entretien par la suite.
  • Les végétaux plantés devaient être laissés à l’état naturel, sans engrais, ni tonte afin de maximiser leurs capacités épuratrices.
  • Les arbres et les arbustes pouvaient être taillés pour contrôler et orienter leur croissance. Le désherbage manuel était possible afin de contrôler la hauteur des herbes autour de svégétaux plantés.