Imarcom.net

Agence de Développement Web

Accueil  >  Bassin versant  >  Plan directeur de l'eau  >  Paléolimnologie

Paléolimnologie

ÉTUDE PALÉOLIMNOLOGIQUE

Le but principal de cette recherche est de déterminer les causes de la détérioration de la qualité de l’eau du lac Saint-Augustin, notamment en analysant les changements dans la composition des assemblages de diatomées fossiles préservées dans les sédiments du fond du lac. La méthode pour y parvenir consiste à connaître l’état naturel du lac avant l’occupation humaine du territoire et à identifier, par datation avec l’isotope plomb 210 (210 Pb), les périodes qui montrent un changement important dans la qualité des eaux.

Les activités anthropiques à l’échelle du bassin versant du lac Saint-Augustin ont provoqué un changement majeur dans la qualité de l’eau. En effet, la déforestation, l’utilisation croissante d’engrais pour l’agriculture à partir des années 1940, l’urbanisation au pourtour du lac, ainsi que la construction d’un axe routier important à proximité ont entraîné une très forte productivité dans les eaux du lac et accéléré le processus d’eutrophisation. Les assemblages de diatomées fossiles, depuis plus de 240 ans, démontrent une très grande variation dans leur composition. Les espèces de milieux oligotrophes à mésotrophes dominaient jusque dans les années 1940, quand elles ont commencé à céder la place aux espèces typiques des milieux eutrophes à partir des années 1950. Les résultats démontrent donc que le lac, avant les modifications anthropiques, était moins productif qu’aujourd’hui.

En connaissant l’histoire et les causes de la dégradation de cet écosystème lacustre, il sera dorénavant possible de cibler des mesures concrètes pour faciliter la restauration de cette infrastructure écologique d’une grande valeur patrimoniale. Pour ce faire, on devra envisager une réduction des nutriments dans le lac, afin de diminuer sa productivité. Ce travail passe par une meilleure gestion des eaux sanitaires des résidences isolées et un meilleur contrôle des débordements du réseau s anitaire dans le réseau pluvial, en plus des eaux de ruissellement de l’autoroute Félix-Leclerc. De plus, il faudra travailler sur un programme d’éducation relative à l’environnement auprès de la population concernée, afin de réduire voir même interdire l’usage des engrais et des pesticides à l’échelle du bassin versant. La plantation d’arbres et d’arbustes sera aussi un élément clé à considérer de même que la mise en place de bassins de sédimentation et de marais filtrants sur le réseau de drainage.

Télécharger le rapport (pdf)