Imarcom.net

Agence de Développement Web

Accueil  >  Bassin versant  >  Plan directeur de l'eau  >  Phosphore

Phosphore

GESTION DES APPORTS EN PHOSPHORE

Considérant que le phosphore est un des éléments clés dans la détermination de l’état trophique d’un lac, cette étude avait comme objectif de localiser et d’estimer l’importance des principales sources en phosphore avec l’intention de simuler des mesures de contrôle dans le cadre d’un schéma directeur pour la restauration du lac Saint-Augustin. La présente étude est basée sur l’utilisation d’un modèle théorique utilisé par le ministère des Richesses naturelles pour le calcul des apports en phosphore et la détermination de la capacité de support d’un lac (Alain et Le Rouzès, 1979). Ce modèle permet la localisation des sources de phosphore et l’identification de mesures correctives réalistes en vue de restaurer la qualité de l’eau à l’échelle du bassin versant.

Le modèle utilisé suggère trois sources majeures qui seraient responsables de l’état eutrophe présentement observé. Parmi ces trois sources on retient les eaux sanitaires avec les installations septiques (ne sont pas inclus les eaux parasitaires via les mauvais croisements sanitaires-pluvials), les sols urbanisés et les sédiments. Le modèle suggère également que si des mesures étaient prises pour contrôler chacun de ces apports, il serait possible de redonner au lac un état trophique équivalent à un milieu mésotrophe, où la qualité de l’eau est nettement améliorée comparativement au stade eutrophe.

Le modèle permet d’obtenir de bonnes indications sur les secteurs à regarder plus en détail et peut être utilisé comme outil décisionnel compte tenu de la fiabilité des comparaisons avec les observations in situ. Dans l’ensemble, les apports majeurs semblent avoir été bien ciblés et leur ordre de grandeur semble réaliste selon la littérature existante sur d’autres projets semblables en Amérique du Nord et au Québec.

Les recommandations formulées visent le contrôle des apports externes en phosphore provenant des installations septiques, par l’implantation d’un réseau d’égout collecteur, et la réduction des épandages d’engrais et de pesticides et des secteurs d’érosion de la rive. Un retour à la valeur initiale du taux de renouvellement des eaux au lac devrait également permettre une amélioration de son état trophique. L’identification des flux internes en phosphore provenant des sédiments pourrait enfin fournir des informations sur la dynamique à l’interface eau-sédiments.

Télécharger le rapport (pdf)