LE STATU QUO N'EST PLUS POSSIBLE !

 

Suite à la diffusion le 8 juin dernier d’un communiqué de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQuébec), intitulé :

LE STATU QUO N’EST PLUS POSSIBLE !

qui mentionnait entre autres, que le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) sera révisé en tenant compte des enjeux prioritaires identifiés en concertation, dont la valorisation des milieux naturels et la conservation de l’eau,

Maxime Routhier, nouveau président du CBLSA, ose y voir une lueur d’espoir en ce qui a trait aux actions en cours visant à protéger et mettre en valeur le lac Saint-Augustin.

Extraits du communiqué : Ce constat s’est imposé lors du premier lac-à-l’épaule des élus de la CMQuébec, qui s’est tenu au Monastère des Augustines à Québec la semaine dernière. Lors de cette rencontre de réflexion, qui est une première, les élus ont échangé sur quatre enjeux prioritaires qui concernent l’avenir de la région : la conservation de l’eau, l’étalement urbain et la gestion de la croissance, la valorisation des milieux naturels et agricoles et la menace climatique.
 
« Nous nous engageons dès maintenant à travailler de concert afin d’identifier des pistes de solution partagées par tous les élus métropolitains pour répondre à ces enjeux, notamment par la révision du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) ».
 

Eau

La Vision métropolitaine de l’eau et les outils réglementaires sont l’aboutissement d’un consensus métropolitain et de plus de 10 ans de concertation. Les élus veulent faire un pas de plus et améliorer leurs pratiques de développement et d’aménagement du territoire en lien avec l’eau. L’accès aux berges et aux cours d’eau dans une vaste trame de parcs et corridors riverains est aussi apparu comme une priorité pour tous les élus.

Le lac Saint-Augustin, selon la Communauté métropolitaine de Québec (CMQuébec)