La réduction des sels de voirie

Trop de sel n’est pas bon pour notre santé, ni pour celle du lac Saint-Augustin !

Le gouvernement fédéral a conclu en 2001 que les sels de voirie qui contiennent des chlorure sont considérés toxiques pour l’environnement.

Les sel le plus utilisé sur nos route est le chlorure de sodium,  celui-là même qui est sur nos tables ! Il est très efficace et le produit le moins coûteux ! Ce sel est soluble dans l’eau. À son contact, il va se dissocier en ions Na+ et Cl-. C’est la partie Cl- ou chlorure qui pose problème à l’environnement. Les chlorures ne se dégradent avec le temps, il ne s’évaporent pas non plus. Ils se déplacent avec l’eau et s’accumulent dans le sol ou dans les plans d’eau. Si le sel s’infiltre dans le sol, il peut  rejoindre la nappe phréatique qui alimente le lac par des sources souterraines. C’est aussi la concentration de l’ion chlorure que l’on mesure dans l’eau pour visualiser les impacts des sels de voirie.

Dans le bassin versant du lac Saint-Augustin, on retrouve :

  • Un réseau routier sous la responsabilité des deux villes (Québec et Saint-Augustin-de-Desmaures)
  • De nombreuses entrées de résidences privées, de commerces et d’institutions
  • Un tronçon de l’autoroute Félix-Leclerc sous la responsabilité du ministère des Transports du Québec.

Ça fait beaucoup de surfaces qui reçoivent des fondants, autrement dit, des sels de déglaçage ou de voirie. Durant les redoux de l’hiver et lors de la fonte des neiges, ça fait de grandes quantités d’eaux pluviales transportant des chlorures. Cette eau salée se fraie un chemin vers le lac Saint-Augustin à travers le réseau d’égout pluvial, les fossés et les terrains. Une fois dans le lac, l’eau salée plus lourde que l’eau douce, se loge au fond.

Les chercheurs de l’Université Laval ont constaté que la présence de sel dans l’eau du lac Saint-Augustin augmentait graduellement avec les années et ils ont confirmé la présence, au fond du lac, de microorganismes typiques des milieux saumâtres (mélange d’eau douce et d’eau salée).
Les baigneurs et les riverains n’en voient pas encore les conséquences car c’est surtout le fond du lac qui est salé, l’eau salée étant plus lourde que l’eau douce. En fait, l’augmentation de la teneur en sel dans le lac favorise sa stratification en couches plus ou moins distinctes, qui ne se mélangent plus ensemble, ce qui entraîne une diminution importante de l’oxygène nécessaire pour la vie aquatique.

COMMENT RÉDUIRE NOTRE CONSOMMATION DE SELS DE VOIRIE ?

LES VILLES

Les deux villes (Québec et St-Augustin-de-Desmaures) qui se partagent la responsabilité du réseau routier municipal dans le bassin versant, ont adopté et mis en œuvre une politique visant à réduire l’épandage de sel près de cette zone sensible. Elles utilisent des mélanges sels-abrasifs.

La gestion des sels de voirie est une science ! Les Villes peuvent prévenir les pertes de sel durant son transport ou son entreposage, mieux calibrer les équipements d’épandage, notamment en utilisant des contrôleurs électroniques dans les véhicules et la télémétrie véhiculaire pour la cueillette de données, introduire des agents de pré-mouillage des sels, avoir recours aux stations météoroutières mobiles,  former la main d’œuvre et moduler les mesures d’épandage selon les caractéristiques de la route, notamment les pentes.

 

LES CITOYENS ET CITOYENNES

Vous pouvez contribuer vous aussi en utilisant plutôt des mélanges sable-sel, en portant des bottes à crampons et en réduisant la vitesse sur les routes où les quantités de sel sont réduites pour protéger le lac. Surveillez les panneaux d’affichage.

UNE VOLONTÉ GOUVERNEMENTALE D’AGIR

  • 2004 – Code de pratique pour la gestion environnementale des
    sels de voirie (Environnement Canada)

  • 2010 – Lancement de la Stratégie québécoise
    pour une gestion environnementale
    des sels de voirie (MTQ)

LE MINISTÈRE DES TRANSPORT DU QUÉBEC (MTQ)

Le MTQ est responsable du tronçon autoroutier qui traverse le bassin versant du lac Saint-Augustin.

Les engrais destinés à la croissance des plantes terrestres ne sont pas compatibles avec les plantes aquatiques et des algues.

Les sels utilisés dans le bassin versant ne sont pas compatibles avec l’écosystème du lac.

Les coliformes fécaux issus de la présence humaine dans le bassin versant ne sont pas compatibles avec la santé du lac Saint-Augustin.