De la relève au CBLSA !

Deux nouvelles personnes se sont jointes au conseil d’administration du CBLSA lors de l’assemblée annuelle tenue par l’organisme le 7 avril dernier, soit Mme Valérie Laganière et M. Maxime Routhier.

Maxime assurera le rôle de président du CBLSA. Pour lui, le lac Saint-Augustin est un véritable joyau, mais aussi une responsabilité qui nous incombe à tous. C’est un gestionnaire rassembleur, habitué à l’écoute et au travail d’équipe. En tant que nouveau président, il souhaite amener une approche pragmatique et constructive pour améliorer concrètement la qualité du lac et contribuer à sa revitalisation.

Pour y arriver, il entend miser sur un dialogue renforcé avec la Ville et les autres intervenants impliqués, alors qu’il a récemment été nommé en tant que représentant du CBLSA au sein du comité consultatif sur les enjeux entourant le lac Saint-Augustin. À titre d’exemples, Maxime attire notamment l’attention sur les deux marais épurateurs que la Ville a entrepris de remettre en état, la gestion des sels de voirie en lien avec l’autoroute 40 et le réseau routier local, la végétalisation des rives et les fluctuations du niveau du lac.  « C’est en additionnant plusieurs petits gestes et en travaillant tous ensemble dans la même direction que nous arriverons à faire une différence concrète ».

De son côté, Valérie porte plusieurs chapeaux, celui de maman, de propriétaire foncière et d’usagère du lac, été comme hiver. Elle veut participer à la table ronde des concertations pour assurer la pérennité de ce précieux milieu naturel qui fait partie de sa vie. « En tant que professionnelle dans le domaine de la réhabilitation environnementale, je veux me pencher tout particulièrement sur le problème de l’épaisse couche de sédiments au fond du lac qui constitue une deuxième source de pollution pour l’eau du lac, avec celle provenant de son bassin versant » poursuit Valérie.

Maxime conclut en ajoutant :« J’aurai grand plaisir à collaborer avec tous ceux et celles qui ont à cœur le lac Saint-Augustin pour mettre en place les actions prioritaires de la stratégie d’interventions. Comme une piscine essayant de retrouver son équilibre avant la période estivale, notre lac a besoin de soins importants, voire d’un certain « traitement choc ». C’est donc résolument tourné vers l’action que je